Disparitions forcées  
Introduction
Ab-Ak
Al-Ar
As-Az
Ba-Bel
Ben-Bez
Bi-Boug
Bouh-Bouou
Bour-Br
C
D
E
F
G
H
I
J-K
L
M
N
O
R
S
T
Y
Z
 
 

Nom : Gassa

Prénom : Brahim

Date de naissance (ou âge)  : 4 avril 1965

Etat-civil   : Marié

Nombre d'enfants : 02

Profession : sous-officier de l'armée

Adresse : Bordj Bou Arréridj.

Date de l'arrestation : 22 août 1995

Heure : 10 heures

Lieu de l'arrestation : barrage de contrôle

Agents responsables de l'arrestation : militaires

Résumé des faits : Citoyen âgé de 30 ans, marié et père de 2 enfants, sous-officier dans l'armée à la caserne d'Aflou (Laghouat), demeurant à Bordj Bou Arréridj, arrêté le 22 août 1995 à 10h par des militaires à un barrage à l'entrée de la ville de Djelfa alors qu'il se trouvait dans un taxi. Selon le témoignage du taxieur, la victime reçut l'ordre des militaires qui étaient au nombre de huit de descendre du taxi. Le taxieur fut autorisé à reprendre sa route. A quelques centaines de mètres, ce taxieur rencontra un autre barrage de gendarmes. Il leur relata les faits et ces gendarmes confirmèrent au taxieur qu'il s'agissait effectivement d'un barrage de militaires. La famille se rendra plus tard aussi chez les gendarmes qui confirmeront qu'il y avait un barrage militaire. Elle se rendra à la caserne où il exerçait mais n'apprendra rien d'autre que le concerné avait une permission d'une semaine. De retour à Bordj Bou Arréridj, la famille apprendra qu'il se trouverait à la prison de Batna. Sa mère se rendit au siège de la 5 ème région militaire, on la renvoya et lui interdit de revenir sans convocation. Elle se rendit au siège de la 4 ème région militaire où on lui conseilla de se rendre au tribunal militaire. Là elle apprit que son fils aurait été victime d'un attentat commis par trois « terroristes ». Après un certain temps, elle se rendra à nouveau au tribunal militaire où un officier lui demanda d'où elle avait toutes ces informations. Il ajouta que le dossier de la victime se trouverait au tribunal, qu'il était suspect mais absent. Le 30 janvier 1996, elle recevra une lettre du tribunal militaire de la 4 ème région lui demandant de lui remettre deux certificats de naissance.

Lieu (x) où la personne disparue a été localisée éventuellement :

  • Prison de Batna

Démarches entreprises par la famille :

  • Lettres aux autorités militaires, sans suites.

Observations :

Témoignage de la famille   :

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org