Disparitions forcées  
Introduction
Ab-Ak
Al-Ar
As-Az
Ba-Bel
Ben-Bez
Bi-Boug
Bouh-Bouou
Bour-Br
C
D
E
F
G
H
I
J-K
L
M
N
O
R
S
T
Y
Z
 
 

Nom : Bougherara

Prénom : Salim

Date de naissance (ou âge)  : 27 février 1972

Etat-civil   : Célibataire

Nombre d'enfants :

Profession : Commerçant

Adresse : Bourouba (Alger)

Date de l'arrestation : 04 avril 1998

Heure : nuit

Lieu de l'arrestation : Domicile familial

Agents responsables de l'arrestation : Sécurité militaire

Résumé des faits : Citoyen âgé de 26 ans, demeurant à Bourouba (Alger), commerçant. Arrêté dans la nuit du 13 mars 1998 à son domicile par des agents de la sécurité militaire, selon le témoignage de sa famille. Puis libéré le 16 mars à 22h. Il racontera à sa famille les séances de torture qu'il avait subi en un lieu secret (chiffon, électricité, bastonnades). Il sera arrêté une seconde fois le 4 avril 1998 à minuit. Il sera agressé dans son propre lit par des éléments de la Sécurité militaire selon le témoignage de sa famille. Ils le sortiront du domicile familial, baignant dans le sang. Ces mêmes éléments armés voleront des chaussures, des effets vestimentaires, une somme de 20 000 francs français ainsi qu'un mouton.

Lieu (x) où la personne disparue a été localisée éventuellement :

  • N'a jamais pu être localisé par sa famille.

Démarches entreprises par la famille :

  • Plainte auprès du tribunal d'Hussein Dey.
  • Lettres à l'ONDH, au ministre de la justice et au médiateur de la République.

Observations :

  • Ses ravisseurs procèderont au vol d'argent, de nombreux effets vestimentaires et d'un mouton.

Témoignage de la famille   : (Mère)

Boughrara Salim, 26 ans a été arrêté pour la première fois, vers 1 heure du matin. Ceux qui l'ont arrêté la première fois avaient un peu de Rahma (miséricorde) dans leur cour. Ils portaient des tenues militaires. Ils nous ont fait très peur. Ils nous ont ordonné de sortir à l'extérieur. J'ai essayé de protester en disant : « Pourquoi, mes enfants, nous faites-vous sortir à l'extérieur alors qu'il fait très froid et qu'il pleut. Qu'avons-nous fait pour sortir à l'extérieur, dites-nous d'abord ce qu'on a fait. Regardez ce nourrisson de 4 mois, comment le faire sortir sous cette pluie battante ? »

L'un des militaires nous dit alors de rester à l'intérieur de la maison. Les militaires montèrent à la chambre de notre fils. Ils lui intimèrent l'ordre de lever les mains en lui mettant le canon de leur arme sur son cour.. Il n'a pas été frappé et on ne lui a pas passé les menottes. Les militaires avaient un minimum de Rahma, même si après, chez eux, ils lui ont passé de mauvais moments que seul Dieu sait. Pendant trois jours il a été torturé puis a été libéré. Il avait une fièvre de plus de 40°. Du sang coulait de sa gorge. On lui avait fait avaler de l'eau savonneuse.. Ses pieds avaient été troués par je ne sais quoi. Il cachait ses pieds de peur que je les vois.

Au bout de 20 jours, ils sont revenus. Il était minuit. Les militaires ont fait des choses abominables. Ils sont montés dans sa chambre où il dormait et l'ont frappé avec un objet métallique. Nous ne savons s'il s'agit de coups de crosse ou autre. J'ai accouru et j'ai vu mon fils alors ensanglanté. L'armoire et les vêtements étaient tâchés de sang. Ils l'ont descendu, menotté et l'ont jeté au sol en le frappant. Ils ont fouillé la maison et ont pris tout ce qui leur plaisait, sans retenue aucune. Ils lui ont couvert le visage et l'ont alors sorti, pieds nus.

Le matin, nous sommes allés le rechercher un peu partout Je me suis déplacé à deux reprises à Dely Ibrahim sans résultats. Là où on s'adressait, on nous disait qu'il n'était pas détenu chez eux.

Lorsque nous nous sommes adressé au procureur de la République, on nous fit savoir que notre fils était en fuite et que la police le recherchait ( ! ! ! !).

Comment pouvait-il être en fuite et recherché alors qu'ils sont venus eux-mêmes à la maison, l'on frappé, menotté, recouvert le visage et emmené ? C'est bizarre non ?

L'Etat ne devrait pas faire des choses pareilles. A-t-il fait quelque chose ? Il y a la justice et la prison, s'il a fait quelque chose. Pourquoi les faire disparaître ?

Ils avaient arrêté son ami intime, Benkhellil Rédha qu'ils ont incarcéré à El Harrach. Quant à mon fils il a été porté en fuite. Comment pouvait-il être en fuite, alors qu'il est sorti de la maison, menotté et le visage ensanglanté ? Tous les vêtements de l'armoire étaient tâchés de sang. Mes filles les ont lavés en cachette pour m'éviter de voir ce sang.

Mon fils n'a soufflé mot lors de son arrestation et de son tabassage, malgré les violents coups reçus. Les militaires, je le répète, ont pris ce qui leur plaisait comme vêtements et objets. L'un d'eux a pris le Kawai flambant neuf de mon plus jeune fils que son père venait de lui envoyer de France. Ils ont pris aussi des chaussettes, de l'argent. C'est ça le gouvernement algérien ? Un gouvernement par principe, défend ses citoyens de l'injustice et non l'inverse, n'est-ce pas ?

Ils ont frappé mon fils sur son lit alors qu'il dormait. Est-ce qu'il était en fuite ? Il était chez lui, il dormait. Pourquoi le frapper aussi sauvagement ? J'ai entendu les coups du rez-de-chaussée. Ils ont dévasté sa chambre. Ils l'ont pris dévêtu et pieds nus, la tête recouverte d'un survêtement. Il avait des difficultés à respirer.

Je suis allé à Dely Ibrahim pour le rechercher. Je suppliais comme une chienne les policiers pour me renseigner. Je leur demandais seulement de me dire si mon fils était encore en vie ou non. Ils me répondaient à chaque fois que mon fils n'était pas détenu dans leur centre. Comment peut-on qualifier cela ? Est-ce de l'injustice ou non ? Pourquoi le frapper chez lui ? A-t-il fait quelque chose, Il y a la justice et éventuellement la prison pour le punir. Pourquoi le faire disparaître ?

Je vous jure par Dieu l'Unique que les militaires avaient les yeux rouges, ils étaient saouls. Ils avaient bu. C'est ça le gouvernement algérien qui envoie des saoulards armés dans les maisons des citoyens ? C'est ça l'Algérie ? Où allons-nous comme cela ?

Du temps de la colonisation, les soldats français ont fait beaucoup de mal aux algériens mais pas comme cela. Quand ils arrêtaient quelqu'un pour ses activités, il était frappé, puis mis en prison. On pouvait au moins aller le voir en prison et lui emmener le couffin.

Ceux d'aujourd'hui enterrent nos enfants vivants. Quelle vie vivons-nous ? Il ne me reste plus qu'à mourir, en l'absence de mon fils que j'ai élevé durant tant d'années et qu'on m'enlève arbitrairement. J'ai souffert à élever et éduquer mes enfants, seule, en l'absence de leur père, émigré malgré lui, en l'absence de travail dans son pays. J'étais seule avec Dieu. Et on vient me l'enlever sans explications. De quel droit ? Quelle injustice de voir son fils se faire tabasser chez lui. A-t-il commis une faute ? Il y a la justice et la prison pour le punir. Mais le faire disparaître est une grande injustice commise contre les citoyens.

Et ils viennent la nuit nous terroriser, à deux reprises, sans respect pour les bébés, les femmes et les vieux. Mes filles se sont évanouies.......

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org