Disparitions forcées  
Introduction
Ab-Ak
Al-Ar
As-Az
Ba-Bel
Ben-Bez
Bi-Boug
Bouh-Bouou
Bour-Br
C
D
E
F
G
H
I
J-K
L
M
N
O
R
S
T
Y
Z
 
 

Nom : Abbas

Prénom : Mourad

Date de naissance (ou âge)  : 7 février 1967

Etat-civil   : Célibataire

Nombre d'enfants :

Profession : instituteur dans une école primaire à Djimla

Adresse : Commune Emir Abdelkader, Jijel

Date de l'arrestation : 1er août 1994

Heure : 14 heures

Lieu de l'arrestation : dans la rue à Jijel centre près de la mairie

Agents responsables de l'arrestation : policiers en civil lors d'une raffle

Résumé des faits : Mourad ABBAS, célibataire, instituteur dans une école primaire à Djimla, demeurant dans la commune Emir Abdelkader, Jijel, a été arrêté le 1er août 1994 à 14h dans le centre de Jijel dans la rue devant de nombreux témoins. A la suite d’un attentat commis par un groupe armé, les services de sécurité ont procédé á des arrestations arbitraires. A cette occasion, il a été arrêré par des policiers en civils qui lui ont demandé sa carte d’identité puis qui l'ont embarqué au commissariat central de Jijel. De là il a été remis à la brigade de gendarmerie de Taher, elle même l’a transféré à la 17e unité d’intervention rapide de gendarmerie nationale (GIR) de Bouhamdoune où il est resté détenu au secret jusqu'en mars 1995. Depuis, plus aucune information n'est parvenue à sa famille.

Lieu (x) où la personne disparue a été localisée éventuellement :

  • commissariat central de Jijel
  • brigade de gendarmerie de Taher
  • 17e unité d’intervention rapide de gendarmerie nationale (GIR) de Bouhamdoune

Démarches entreprises par la famille :

Des recherches ont été effectuées après l’arrestation par les membres de la famille auprès des autorités judiciaires et des services ayant procédé à l’arrestation et à sa détention:
En particulier la famille s’est informée du sort de la victime auprès du commissariat central de police de Jijel, de la brigade de gendarmerie nationale de Taher et de la 17e unité d’intervention rapide de gendarmerie nationale (GIR) de Bouhamdoune.
La famille a également fait des démarches auprès du Procureur de la république du tribunal de Jijel et du procureur général de la Cour de Jijel.

Source: Association des familles de disparus de Jijel

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org