Algérie : La machine de mort

Rapport établi par Algeria-Watch et Salah-Eddine Sidhoum, octobre 2003

 

Introduction

1. La création et l’organisation de la « machine de mort »


Le DRS, centre et moteur de la machine de mort
La Direction centrale de la sécurité de l’armée (DCSA)
La Direction du contre-espionnage (DCE)
La Direction de la documentation et de la sécurité extérieure (DDSE)
Le Groupement d’intervention spéciale (GIS)

La police sous les ordres du DRS

Les forces spéciales de l’armée organisées au sein du CCC/ALAS

L’organisation du secret


2. La torture : une pratique institutionnalisée et systématique

La torture, antichambre de la mort
Les camps d’internement et la torture
1994 : quand la menace du terrorisme justifie toute dérive

Tortures et impunité
Pourquoi torturer ?
La justice aux ordres des tortionnaires

Les méthodes de torture


3. Les centres de détention secrète, de torture et d’exécutions


Une première liste de 95 centres

Les centres du DRS

Le CPMI de Ben-Aknoun
Le PCO de Châteauneuf
Le CPO, ou « Centre Antar »
Le CTRI de Blida, ou « Haouch-Chnou »
Le CTRI de Constantine, ou « Centre Bellevue »
Le CTRI d’Oran, ou « Centre Magenta »
La villa COOPAWI de Lakhdaria

Les commissariats de police

Le commissariat de Bourouba
Le commissariat central d’Alger
Le commissariat de Cavaignac à Alger

Les brigades de gendarmerie

La brigade de gendarmerie de Aïn-Naâdja (Birkhadem)

Conclusion

Annexes

1. Ouvrages

2. Trois cents cas de victimes de tortures

3. Témoignages


Rapport (pdf, 900kb)      300 cas (pdf, 500kb)     Témoignages (pdf, 950kb)