FRANÇALGERIE :

CRIMES ET MENSONGES

D’ETATS

HISTOIRE SECRETE, DE LA GUERRE D’INDEPENDANCE A LA
« TROISIEME GUERRE » D’ALGERIE

LOUNIS AGGOUN et JEAN-BAPTISTE RIVOIRE

Editions La Découverte

Introduction
Prologue

Table des matières

  • Introduction 4
    • Question dérangeante 5
    • Le « GIA », sujet tabou 6
    • Des journalistes sous haute surveillance 8
    • Secrets de famille 10
    • La « troisième guerre d’Algérie » 13
  • Prologue: les trois guerres d’Algérie 18
    • 1830-1848 : une logique génocidaire 18
    • 1945-1962 : la « guerre contre-insurrectionnelle » 22
    • 1988-2004 : la « sale guerre » des généraux éradicateurs 26
    • Guerres génocidaires et paix des cimetières 28

      • I. 1954-1992 : la gestation d’un État répressif 31

  • 1. 1954-1962 : la guerre dans la guerre 32
    • L’assassinat d’Abbane Ramdane, crime fondateur 33
    • Les « déserteurs de l’armée française » 37
    • L’ascension de Houari Boumediene 38
    • Le MALG et le complot de Tripoli 40
    • Les accords d’Évian : l’armée française reste au Sahara 42
    • Le coup d’État de juillet 1962 44
    • Les manipulations des services 48
  • 2. 1962-1978 : l’indépendance confisquée 52
    • Le pouvoir selon Ben Bella 53
    • Le coup d’État de juin 1965 56
    • Le maillage de la société 58
    • Kasdi Merbah : la liquidation des opposants 60
    • Ahmed Taleb Ibrahimi : un peuple non conforme 63
    • Belaïd Abdesslam : les perversions du « socialisme d’État » 65
    • La mise en place des réseaux de corruption : le cas Zéghar 67
    • Armes chimiques françaises dans le Sahara 70
    • Schizophrénie d’État 72
    • L’affaire du Cap Sigli et la fin de Boumediene 74
    • Chadli président 75
  • 3. Les réseaux Belkheir à la conquête du pouvoir 80
    • La rivalité France-États-Unis et l’élimination de Messaoud Zéghar 80
    • La « moralisation » de l’action publique, paravent de la corruption 83
    • Le « clan Chadli » et la « maison Belkheir » 85
    • L’explosion des circuits de corruption 87
    • Conflits et réorganisation au sommet de l’armée 91
    • Le « Printemps berbère » et la naissance de la Ligue des droits de l’homme 92
    • L’émergence islamiste et l’étrange « épisode Bouyali » 97
    • Le « code de la famille » et l’instrumentalisation de l’islamisme 100
  • 4. L’alliance fondatrice entre les services secrets français et algériens 103
    • La « solidarité » et la « connivence » de la DST et de la SM 103
    • Les FARL et les attentats à Paris 104
    • La SM au secours de l’Occident 109
    • L’échec du « contrat du siècle » avec la France et l’élimination du général Belloucif 112
    • Des partis politiques français financés par Alger ? 116
    • L’affaire Mécili, un « crime d’États » 118
    • Un virage difficile 122
  • 5. Octobre 1988, le tournant 126
    • La jeunesse algéroise hachée à la mitrailleuse lourde 126
    • Le discours historique du président Chadli 128
    • L’usage systématique de la torture 131
    • É pidémie d’hypocrisie et de mensonge 135
    • Le complot d’Octobre 139
    • La neutralisation de la Kabylie 144
    • Le clan Belkheir rafle (presque) la mise 146
  • 6. 1989 : Kasdi Merbah, ou la démocratie endiguée 148
    • Mobilisation contre la torture 148
    • L’étouffement 150
    • L’auto-amnistie des criminels 154
    • La restructuration de la Sécurité militaire 156
    • Kasdi Merbah, un gouvernement de transition 158
    • Les vannes financières s’ouvrent 159
    • Le multipartisme et la construction d’une « démocratie sous contrôle » 162
    • Le faux « profil bas » de l’armée 164
    • La fin de Kasdi Merbah et la naissance du FIS 165
  • 7. 1990-1991 : l’ouverture contrôlée 169
    • Des terroristes islamistes « sous contrôle » 170
    • Hocine Aït-Ahmed, « bête noire » du régime 171
    • L’élimination du chef de la SM, Mohamed Betchine 174
    • Violences islamistes et manipulations 176
    • L’écrasante victoire du FIS aux élections municipales 180
    • Les réformateurs, un « os » dans la Françalgérie 183
    • Septembre 1990 : le clan Belkheir réorganise la SM 187
    • Quand l’armée s’invite à la démocratie 190
    • La presse entre liberté et manipulation 193
  • 8. L’offensive contre le gouvernement Hamrouche 197
    • La guerre du Golfe : la presse étrangère mise au pas 198
    • Le succès intolérable des réformes 201
    • La « première bombe atomique islamique » sera-t-elle algérienne ? 205
    • Le FIS, un bateau ivre 207
    • Les taupes du DRS au sein de la direction du FIS 211
  • 9. Juin 1991 : le premier coup d’État 215
    • L’échec de la grève du FIS 215
    • Le coup d’État 217
    • Sid Ahmed Ghozali ou le blanchiment du putsch 221
    • Le FIS entre amère « victoire » et vraie tourmente 223
    • La « main de la France » 227
    • Les poupées gigognes du réseau Belkheir 231
  • 10. Aux sources des « groupes islamistes de l’armée » 234
    • Ali Haroun, ministre des Droits de l’homme et des camps de concentration 234
    • L’invention des « Afghans » 238
    • 1989-1991 : les tâtonnements 241
    • L’armée sous surveillance 244
    • Le congrès surprise du FIS de l’été 1991 247
  • 11. Le gouvernement Ghozali : baïonnette et nœud papillon 250
    • Belkheir sort (provisoirement) de l’ombre 250
    • Toutes vannes ouvertes pour la Françalgérie 253
    • Campagne antisémite 257
    • Inquiétants préparatifs 259
    • Les hésitations du FIS troublent Larbi Belkheir 262
    • L’opération de Guemmar 265
    • Inquiétudes à la veille des élections 268
  • 12. Janvier 1992 : les coulisses du coup d’État 271
    • Les chiffres de Larbi Belkheir 271
    • L’armée organise le putsch 273
    • Une dictature pour protéger la démocratie de « premier collège » 275
    • Détournement de manifestation 278
    • Les islamistes piégés 279
    • La « démission » de Chadli Bendjedid 283
    • Le feu vert de Paris 287
    • Le retour d’un disparu 288

        • II. 1992-2004 : la « sale guerre » 293

  • 13. La guerre contre le peuple 294
    • La chasse aux opposants et l’état d’urgence 294
    • À nouveau, la torture généralisée 296
    • Arrestations en masse 299
    • Les « universités du djihad » 300
    • Purges dans l’armée 302
    • Les escadrons de la mort du colonel Smaïn 305
  • 14. Infiltration et manipulation des islamistes 310
    • L’infiltration des groupes et des maquis 310
    • Les affaires de la rue Bouzrina et de l’Amirauté 312
    • Des baskets pour les terroristes 315
  • 15. L’assassinat du président Boudiaf 318
    • Un président contre les « voleurs » 318
    • Boudiaf contre les « réseaux Belkheir » 321
    • Assassinat programmé 325
    • Une commission d’enquête sous influence 330
  • 16. Été 1992 : l’Algérie bascule dans la guerre 333
    • Un pays déboussolé 333
    • L’attentat de l’aéroport 334
    • La restructuration de la « lutte antiterroriste » 338
    • L’armée au-dessus des lois 341
    • La torture se généralise 343
    • De la drogue pour les tueurs 346
    • « Achevez-les ! » 347
    • Les premiers massacres 349
  • 17. Guerre psychologique et élimination des gêneurs 352
    • Le début du huis clos 353
    • Paris soutient les généraux 357
    • Les « assassinats pédagogiques » d’intellectuels 361
    • La montée en puissance des « lamaristes » 368
    • L’assassinat de Kasdi Merbah 370
    • La terreur au service des importateurs 376
  • 18. L’implication de la France dans la guerre 379
    • Charles Pasqua revient au ministère de l’Intérieur 379
    • Un réseau dormant d’espions algériens 381
    • Deux géomètres assassinés 384
    • Le dialogue reprend en Algérie 386
    • Une Française contre la corruption 387
    • Le « vrai-faux » enlèvement des époux Thévenot et d’Alain Fressier 389
    • Les invraisemblances de la version officielle 393
    • Une libération « mise en scène » 395
    • Consignes de silence 398
    • L’« opération Chrysanthème », une affaire d’État 400
    • Faux coupables et vrais terroristes 405
  • 19. Le général Zéroual et le « dialogue » 407
    • L’assassinat du cheikh Bouslimani 408
    • Zéroual désigné président 410
    • Mars 1994 : les généraux éradicateurs déchaînent la terreur 412
    • L’évasion de Tazoult 417
    • L’impunité des « groupes islamiques de l’armée » et la création des milices 419
    • L’Organisation des jeunes Algériens libres, escadron de la mort du DRS 421
    • Le massacre de Ténès 423
    • Les « Afghans » égorgeurs du colonel Tartag 426
    • Des hélicos pour les massacres 427
  • 20. Automne 1994 : l’Occident au secours des éradicateurs 430
    • Le FMI au service de la guerre des généraux 430
    • L’affaire des marins italiens 432
    • Le FIS piégé par le GIA 434
    • L’affaire des gendarmes français 437
    • Djamel Zitouni, un « émir » du DRS 440
    • Les éradicateurs et le GIA contre le dialogue 443
    • Djamel Zitouni à la tête du GIA 446
    • L’enlèvement de Lounès Matoub 448
  • 21. L’échec du dialogue 453
    • Grâce à la France, la guerre continue 454
    • La mutinerie de Berrouaghia 457
    • Des hélicoptères français pour la lutte antiterroriste 460
    • L’assassinat de Saïd Mekbel 463
    • Des catholiques pour la paix 466
    • Le premier colloque de Rome 468
  • 22. 1995 : la terreur contre la paix 471
    • Un Airbus en otage 472
    • Enquête impossible 475
    • Des pères blancs assassinés à Tizi-Ouzou 477
    • La signature des accords de Rome 481
    • L’attentat du commissariat central 485
    • Le massacre de Serkadji 488
    • Zitouni et le DRS contre les « algérianistes » 491
    • Un soldat d’élite au service du GIA 493
  • 23. Terreur sur l’Europe 496
    • Le GIA débarque à Londres 496
    • Le « cri » de Khalida Messaoudi 500
    • Contre la vérité, la torture 502
    • Un « dialoguiste » à Matignon 504
    • L’assassinat du cheikh Sahraoui 508
    • L’affaire Rabah Kébir 511
    • Des attentats dans le RER parisien 513
    • Ali Touchent : une taupe des services algériens chez les islamistes 516
    • Des attentats « pédagogiques » 518
    • La France, otage ou complice ? 520
  • 24. Zéroual, président élu 527
    • Neutraliser la Kabylie 527
    • Amadouer les islamistes 528
    • Zitouni purge les maquis 531
    • Le trucage de l’élection présidentielle 532
    • Les défis du duo Zéroual-Betchine 536
    • Nouveau tour de vis contre la presse 538
    • La main tendue aux Américains 540
  • 25. L’assassinat des moines de Tibhirine 543
    • Les moines dérangent 543
    • Le DRS enlève les moines 547
    • Les négociations du préfet Marchiani 550
    • L’assassinat 553
    • L’affaire Lucile Schmid : message reçu 557
    • L’« accident » du général Saïdi Fodhil 558
    • Le mystérieux assassinat de Mgr Pierre Claverie 560
    • Un référendum explosif 562
  • 26. 1997 : les massacres contre la paix 564
    • La communauté internationale pour la paix 564
    • « Ils ont peur d’Amnesty International » 566
    • Un parti sous contrôle pour le président 568
    • Les tueurs drogués des forces spéciales de l’armée 571
    • Le coup de poker du duo Zéroual-Betchine 573
    • Les massacres « islamistes » des généraux éradicateurs 576
    • Tuer, toujours : la certitude de l’impunité 580
    • Nuit d’horreur à Bentalha 583
    • L’arme de la terreur 588
    • La trêve militaire, « coup de poignard dans le dos » de Zéroual 591
  • 27. Le grand doute 593
    • Censure en direct 593
    • Londres, septembre 1997 : le GIA est dévoilé 595
    • La Françalgérie est « au parfum » 597
    • La communauté internationale s’interroge 600
    • Paris ferme les yeux sur les massacres 601
    • Ouled-Allal, le « Timisoara algérien » 604
    • É lections municipales et contrôle des esprits 607
    • Les éradicateurs contre Zéroual 611
  • 28. La campagne de neutralisation d’une enquête internationale 614
    • Politiques et intellectuels français au secours des généraux 615
    • « Ce n’est pas l’armée qui tue en Algérie ! » 618
    • André Glucksmann : « Maintenant, on sait qui tue » 621
    • Hubert Védrine s’active en coulisses 628
    • Le MAOL dans la mire du « clan éradicateur » 630
    • Des enfants bloqués en Algérie 631
    • L’ONU manipulée 635
  • 29. La carte kabyle contre Zéroual 638
    • L’assassinat de Lounès Matoub 639
    • Assassins DRS et complicités locales 641
    • La chute du duo Zéroual-Betchine 644
    • Bouteflika, le nouveau paravent 646
  • 30. Les généraux face à la menace de la justice internationale 648
    • Le clan Belkheir face au « syndrome Pinochet » 648
    • L’assassinat d’Abdelkader Hachani 650
    • Des révélations dévastatrices 652
    • Quand Paris protégeait Nezzar 654
    • La diversion kabyle 656
    • La « divine surprise » du 11 septembre 659
    • Le « procès Nezzar » 663
    • Khalifa : le clan Belkheir à l’assaut du PAF 664
    • Khalifa TV, la « voix de l’Algérie » 666
    • « Année de l’Algérie en France », année de l’amnésie 669
    • Le drame des « disparus » 670
    • Les perspectives de procès se précisent 672
    • L’enjeu de l’auto-amnistie 674
  • Conclusion 676
    • Une société qui se meurt 677
    • Françalgérie, un « État noir » 678
    • « L’honneur de la France » 680
  • Principaux sigles utilisés 683
  • Chronologie 691
 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org