DES NEGOCIATIONS SERAIENT EN COURS

Washington veut installer une base militaire en Algérie

Le Quotidien d'Oran, 20 juillet 2003

Les Américains souhaiteraient installer des bases militaires en Afrique pour lutter contre le terrorisme islamiste et protéger leurs intérêts pétroliers. L’Algérie figurerait sur la liste des pays sollicités.

George W. Bush veut se donner les moyens pour lutter efficacement contre le terrorisme islamiste en Afrique. A l’issue de sa visite dans le Continent noir, le président américain a réaffirmé sa volonté de ne pas laisser les terroristes s’installer dans cette région du monde. «Nous ne tolérerons pas que des terroristes menacent les Africains ni qu’ils utilisent l’Afrique comme une base pour menacer le monde», a-t-il dit.

Parmi les nombreux projets antiterroristes américains en Afrique, figurerait, selon nos informations, l’installation d’une base militaire dans le sud algérien. Des discussions seraient en effet en cours actuellement entre le ministère algérien de la Défense et les responsables du Pentagone. Avec ce projet, l’armée américaine n’a pas l’ambition de s’installer durablement en Algérie, comme c’est le cas dans plusieurs pays du Golfe, alliés traditionnels des Etats-Unis. La base militaire que souhaiteraient installer les Américains dans le sud algérien serait en effet d’un autre genre: mise sous la responsabilité directe et exclusive de l’armée algérienne, elle n’abritera pas en permanence des troupes américaines. Ces dernières ne pourraient s’en servir qu’en cas d’opération terroriste d’envergure contre des troupes d’Al-Qaïda dans la région du Sahel. Les Américains tenteraient également de convaincre les gouvernements maliens et nigériens d’accepter le même projet.

Les services secrets américains sont en effet convaincus que plusieurs groupes d’Al-Qaïda tenteraient de s’installer en Afrique. Déjà en 1994, l’armée américaine a eu maille à partir avec les réseaux d’Oussama Ben Laden en Somalie, alors plongée en pleine guerre civile. A cette époque, les GI’s ont dû se retirer en catastrophe après avoir subi des pertes humaines importantes. Mais après les attentats du 11 septembre 2001, Washington est décidé à traquer les fidèles d’Al-Qaïda partout où il se trouvent. Chassés d’Afghanistan à la suite de l’intervention américaine, indésirables chez le voisin pakistanais et en Iran, plusieurs membres du réseau terroriste auraient, selon les spécialistes, trouvé refuge en Afrique, où ils profiteraient du chaos qui règne dans de nombreux pays du continent.

La prise d’otages de touristes européens dans la région de Tamanrasset est ainsi imputée à des groupes proches d’Al-Qaïda. Et cette région frontalière entre l’Algérie et le Niger est considérée comme une zone de non-droit, un endroit idéal pour des éléments d’Al-Qaïda. Car, en négociant une probable installation de bases militaires dans le sud algérien et au nord du Mali et du Niger, les Américains n’ont pas pour seule motivation la lutte contre le terrorisme islamiste. Ils veulent aussi et surtout protéger leurs intérêts pétroliers, notamment en Algérie, qu’ils estiment désormais menacés par ces groupes qui agissent en Afrique.

Lounès Guemache

 

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org