Financement d'un programme de 120 000 logements AADL

Le CPA débloque 329 milliards de dinars

Liberté, 17 juin 2017

Le ministre a assuré que tous les intervenants dans le secteur seront payés et que ce financement se poursuivra normalement.

Une convention-cadre a été signée, jeudi, entre le ministère de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, le Crédit populaire d'Algérie (CPA) et la Caisse nationale du logement (CNL) pour le financement d'un programme de 120 000 logements de type location-vente (AADL) pour un montant de près de 329 milliards (mds) de dinars (DA). De cette enveloppe, 259 mds de DA seront destinés à la réalisation de la partie logements alors que le reste servira à financer la réalisation des locaux commerciaux situés dans les futures immeubles Aadl. À l'issue de la signature, le ministre de l'Habitat, Youcef Chorfa, a précisé que la réalisation de ce programme sera entamée juste après le Ramadhan pour une durée de 12 à 18 mois. “Nous rassurons les souscripteurs à l'AADL qu'ils auront tous leurs logements et que les délais de réalisation seront respectés. Ce projet s'inscrit dans le cadre du programme du président de la République et c'est une priorité nationale”, a-t-il insisté dans une déclaration à la presse.
Il a assuré que l'AADL et les OPGI n'enregistrent actuellement “aucune dette” envers les maîtres d'œuvre pour la réalisation des logements Aadl et LPL (ex-social), à l'exception des restes à payer du mois de juin en cours qui seront à leur tour “réglés incessamment du moment que leur couverture financière est disponible”. M. Chorfa a rappelé que la CNL avait récemment débloqué 134 mds de DA sur deux tranches (74,6 mds de DA et 60 mds de DA) pour régler la situation des services concernés. “Désormais, le financement du logement en Algérie se poursuivra très normalement”, a-t-il insisté. À la question de savoir si les maîtres d'œuvre étrangers seraient prioritaires en ce qui concerne le règlement de leurs factures, le ministre a assuré que le traitement des pouvoirs publics est identique et équitable, que ce soit pour les entreprises algériennes, mixtes ou étrangères. Pour ce qui est du LSP (logement social participatif), M. Chorfa a assuré que ce programme “n'a pas été abandonné par les autorités, surtout que les financements nécessaires à son parachèvement existent”.

Aadl : 552 milliards de dinars de financements bancaires nécessaires sur 3 ans

De son côté, le P-dg du CPA — qui représente le chef de file des 6 banques publiques concernées par le financement du programme AADL et LPP — a indiqué que ces banques ont déjà financé deux programmes Aadl remontant à 2013 et 2015 et portant respectivement sur 100 000 et 80 000 logements pour un engagement global de 150 mds de DA. Il a avancé à la presse que les besoins de financements bancaires du programme Aadl sur trois ans s'élèvent à plus de 552 mds de DA, dont 239 mds de DA à débloquer durant le deuxième semestre de l'année en cours, 236 mds de DA pour 2018 et 78 mds de DA pour 2019. “Nous (les banques) avons traversé une période un peu difficile dernièrement, mais grâce au nouveau gouvernement et aux décisions du nouveau Premier ministre, nous avons pu ressouder la cohésion entre nous (les banques)”, s'est-il réjoui, en assurant, à son tour, que “tout ce qui reste comme impayés sera réglé dans les deux à trois semaines à venir”. La réalisation de 1,6 million de logements, tous types confondus, est, faut-il le rappeler, inscrite dans le programme du président de la République pour la période 2015-2019, avec une moyenne de 320 000 logements/an.

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org