Divorce : Près de 20% des couples désunis en 2017

El Watan, 6 janvier 2018

Près de 20% des mariages contractés l’année dernière ont fini par un divorce. Selon les chiffres officiels, ils ont été plus de 68 000 couples à rompre les liens du mariage en 2017.

Ceci au moment où 349 544 autres ont convolé en justes noces durant cette même année. Ce sont les chiffres officiels donnés par Tayeb Louh, ministre de la Justice et garde des Sceaux. Répondant aux questions des membres du Conseil de la nation, il a estimé que ce nombre de divorces est faible en comparaison à celui des pays arabes et européens.

Donnant plus de détails, M. Louh explique que ce chiffre qui n’a pas atteint les 20%, 19,54% plus exactement, est dans la moyenne annuelle enregistrée durant les cinq dernières années. La moyenne étant de 60 602 cas. Pour le droit de garde, premier objet d’affaire en justice après celui du divorce, le ministre de la Justice annonce le chiffre de 7462 affaires de retrait de droit de garde à la mère pour remariage enregistré entre 2012 et 2017. En parallèle, 3076 affaires de demande de retrait de la garde ont été refusés durant ces cinq dernières années. Il a tenu à souligner que le remariage de la maman avec une personne non liée à l’enfant par un lien de parenté de degré prohibé ne signifie pas systématiquement le retrait de la garde de l’enfant.

La moyenne annuelle est de 1244 affaires. Selon lui, le retrait de ce droit est laissé à l’appréciation du juge qui prend en considération, au cas par cas, l’intérêt de l’enfant en premier lieu. Il faut souligner que, selon des avocats, il y aurait pas moins de 14 000 mariages rompus avant qu’ils ne dépassent le seuil de trois mois et près de 200 000 enfants sont victimes de cette rupture dans le noyau familial. Des chiffres effarants qui donnent froid au dos. Ceci est d’autant plus grave s’il est pris en considération l’impact d’une pareille dislocation, qui finit toujours par être le début d’une interminable série de conflits, sur la vie sociale et surtout le moral des enfants.

Devant les membres du Conseil de la nation, Tayeb Louh donne les chiffres officiels quant au fonds d’aide de pension alimentaire créé pour la prise en charge des femmes divorcées ayant des enfants à charge et dont le père est dans l’incapacité volontaire ou non de la payer. Dans ce volet, le ministre annonce la prise en charge de 913 femmes et 1867 enfants depuis la création de ce fonds. Le Trésor public a versé plus de 1,700 milliard de centimes en 2016 pour cette catégorie.


Asma Bersali

 
Version imprimable
Dégradation de la situation sociale  
www.algeria-watch.org