INVESTISSEMENT

Comment pousser les émigrés à investir en Algérie

Le Quotidien d'Oran, 26 juin 2005

Comment inciter la communauté établie à l’étranger à venir investir dans son pays d’origine? Tel est le créneau sur lequel l’Agence nationale du développement de l’investissement (ANDI) veut engager une réflexion et établir des mécanismes de matérialisation en partenariat avec le réseau européen AMINA (réseau euro-méditerranéen des agences de promotion des investissements) dont la création a été retenue dans le cadre du programme MEDA. Il a été le thème central d’un séminaire de trois jours, ouverts hier à Alger, avec la participation d’experts venus d’horizons différents, notamment d’Europe. Selon M. Abdelmadjid Baghdadli, directeur général de l’ANDI, l’opération vise à sensibiliser les Algériens établis à l’étranger pour venir investir dans leur pays d’origine qui offre d’importantes opportunités. Il mettra en avant les dispositions prises par l’Algérie en faveur de la promotion de l’investissement. Il manque, à ses yeux, de porter à la connaissance des hommes d’affaires les changements introduits dans le système économique national dans son volet relatif à l’attraction des capitaux. La communauté d’affaires établie à l’étranger est estimée à quelque 95.000 chefs d’entreprises et plusieurs d’entre eux ont manifesté le désir de contribuer au développement du pays, ajoutera le premier responsable de l’ANDI. Parmi eux, il est recensé de grandes compétences managériales dans des secteurs de pointe et de hautes technologies dont a besoin précisément le pays. Un travail d’identification préalable qui n’a pas exclu, évidemment, d’autres profils à l’instar de la catégorie des chercheurs qui feront l’objet d’action de promotion à part, soutiendra le chef de division IDE et Convention à l’ANDI.

Il faut savoir que l’ouverture d’un atelier sur «Le Home Sweet Home» (c’est l’appellation du projet) est l’aboutissement d’une réflexion lancée, il y a une année (en mai 2004), avec le réseau AMINA dans le cadre du projet Méda-Entrepreneurs Algérie. Une action qui a réuni les différentes institutions et administrations concernées, notamment, celles en rapport avec la communauté établie à l’étranger. Ainsi, outre l’ANDI, il faut compter la participation des ministères de la Participation, des Télécommunications, de l’Intérieur, des Affaires étrangères, la Chambre de commerce, le ministère délégué à la Communauté nationale établie à l’étranger... Le groupe de travail issu de ces différentes institutions a établi un programme avec le concours d’experts étrangers. Ce dernier sera validé à l’issue de cet atelier de trois jours et qui aura l’occasion de recevoir M. Pierre Distinguin, l’initiateur de ce concept adopté dans 12 pays méditerranéens comme la Turquie, le Maroc, la Tunisie, la Jordanie... Le lancement du projet AMINA, dans le cadre du projet MEDA de l’Union européenne vise, selon sa représentante Louise Gibbons, à attirer davantage d’investissements directs étrangers dont le montant est estimé à hauteur de 30 milliards de dollars, d’ici 2010. L’espace méditerranéen qui compte 3,8 % de la population mondiale est considéré comme le parent pauvre des IDE, avec seulement un taux dérisoire de 1% .

La Commission européenne a donc, au vu des résultats de l’agence, prolongé son mandat jusqu’à 2006 alors que son projet devait arriver à son terme en septembre 2005.

A propos du rôle des Algériens établis à l’étranger dont les transferts en devises sont en-deçà de ce qu’ils doivent être comparativement aux autres pays qui sont dans la même configuration (quelque 160 millions de dollars en 2004), le DG de l’ANDI observe qu’il y a là aussi matière à lever le capital. Mais le problème algérien n’est pas tant dans la disponibilité de l’argent mais dans la capacité à l’absorber. L’appréhension a commencé à prendre forme à la veille du lancement du programme de consolidation de la relance économique de 55 milliards de dollars... d’où l’appel lancé aux entreprises étrangères pour suppléer aux manques de capacités de réalisation internes.

Omar Sadki

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org