BOUTEFLIKA au forum de Crans Montana

Commentaire de algeria-watch: Ce que l'APS ne mentionne pas c'est que Bouteflika a déclaré lors de sa conférence de presse: "Nous avons un million de victimes de la violence. Nous avons cent mille morts", chiffres qui sont sont quatre fois plus élevés que ceux avancés par l'ex-chef du gouvernement.

APS June 27th 1999

Plusieurs questions d'actualite nationale et internationale evoquees dans la conference de presse du president Bouteflika

Geneve- le president de la republique, M. Abdelaziz Bouteflika, a anime samedi une conference de presse qui a reuni une centaine de journalistes de la presse internationale et nationale, et ce, lors du forum du Crans Montana qui se tient a Geneve du 24 au 27 juin.

Dans une declaration liminaire, M. Bouteflika a souligne, d'emblee, que la situation securitaire en Algerie a connu une nette amelioration contrairement a ce qui est rapporte encore par la presse etrangere et meme nationale.

Etayant ses propos, M. Bouteflika a revele qu'il lui est arrive souvent, depuis qu'il est elu a la magistrature supreme, "d'aller sans escorte dans les regions reputees comme zones a haut risque pour discuter avec les citoyens, et ou la situation n'est pas, sur le plan securitaire, aussi differente qu'a Crans Montana".

Expliquant sa presence au forum de Crans Montana, le president a indique que sa visite en Suisse est motivee par deux raisons essentielles qui sont que la Suisse est le pays ou etait hebergee la delegation algerienne qui negociait les accords d'Evian en France et que c'est un havre de paix, de democratie et de liberte.

Le forum de Crans Montana "est pour moi une occasion de donner un cachet personnel a la politique exterieure de l'Algerie qui militera pour defendre tout d'abord les interets nationaux", a-t-il soutenu.

Le president de la republique a soutenu qu'il s'est lance "dans une gageure qui consiste a promettre au peuple algerien de faire la paix et a oeuvrer pour relancer l'activite economique du pays.

Car, a-t-il explique, "le corollaire de la paix est la reactivation de la vie economique et sociale, et ce, pour restituer a l'algerien la fierte d'etre algerien et pour que l'Algerie, actuellement en convalescence, se retablira".

A l'issue de son intervention, M. Bouteflika s'est prete allegrement aux questions des journalistes ou il a ete question de la treve annoncee par l'Ais, du projet de loi sur la concorde nationale, du remaniement prochain du gouvernement, des relations entre l'Algerie et la France, du prochain sommet de l'Oua a Alger, et des relations de l'Algerie avec les pays arabes.

Interroge sur la treve de l'Ais et le projet de loi sur la concorde nationale, le president Bouteflika a indique qu'il est a la magistrature supreme "pour faire la paix avec l'algerien quelle que soit son obedience ou ideologie" et qu'il est la en tant que "serviteur du peuple algerien".

Rappelant les facteurs endogenes et exogenes de la tragedie que connait l'Algerie depuis 1992, M.Bouteflika a considere que "l'arret du processus electoral a ete une violence".

Cependant, a-t-il ajoute, "a partir du moment ou l'ex fis a eu recours lui aussi a la violence, il s'est completement disqualifie de toute action politique"en outre, M. Bouteflika a souligne qu"'en tant que citoyen, il est redevable a l'anp de plusieurs choses dont,notamment, la defense de l'integrite du territoire,de l'unite du peuple algerien durant la tragedie, de la sauvegarde des institutions republicaines et de ce qui est credible dans le pays".

A la question de savoir si Abassi Madani et Ali Belhadj allaient retrouver leur liberte de mouvement, le president a indique que le premier, qui est en residence surveillee, "est traite dans les meilleures conditions possibles comparables aux conditions de vie d'un chef d'etat".

Evoquant la lettre qui lui a ete envoyee par Abassi Madani, de son propre chef, dans laquelle il a approuve le depot des armes de l'ais auquel a fait appel Madani Mezrag, M. Bouteflika a salue le president de l'ex-fis pour "cet acte de patriotisme".

Quant a ali belhadj, le president Bouteflika a indique que ce dernier "vit dans des conditions moins enviables que celles de Abassi Madani" en souhaitant qu'il prenne "le meme chemin que celui emprunte recemment par Abassi Madani".

Concernant le sort des terroristes, le president a tenu a souligner que "les crimes de sang et de viol seront traites par la loi et la justice".

Quant aux personnes qui ont servi de relais aux terroristes a travers l'hebergement ou le financement, ils beneficieront de la grace presidentielle a l'occasion du 37eme anniversaire de l'independance de l'Algerie, a ajoute le president qui a exclu de cette mesure les terroristes coupables de crimes de sang ou de viol.

A ce sujet, M. Bouteflika a souligne qu'il "s'incline avec ferveur a la memoire des vicitmes du terrorisme".

Toujours au sujet de l'Ais, le president a indique que "cette derniere a demande a combattre par elle-meme le Gia car, selon l'Ais, le Gia a terni l'image de l'Algerie et celle de l'islam".

concernant le projet de loi sur la concorde civile, M. Bouteflika a indique qu'il y a deux types d'integristes en Algerie qui sont les "integristes islamistes" et les "integristes eradicateurs". Par consequent, a-t-il estime, "je suis oblige de prendre compte des preoccupations des uns et des autres pour l'accomplissment de ma mission".

Dans ce sillage, le president a annonce que le conseil du gouvernement se reunira demain dimanche pour etudier ce projet de loi qui sera soumis mardi prochain au conseil des ministres pour adoption, a l'issue de laquelle l'apn se saisira immediatement du projet de texte, suivie du conseil de la nation.

Les debats de ce projet de loi aux niveaux de l'apn et du conseil de la nation, "seront retransmis en direct par la television et la radio et feront l'objet d'une large couverture par la presse nationale et internationale", a-t-il precise.

M. Bouteflika a souligne que "quels que soit les resultats du vote de l'apn et du conseil de la nation (adoption ou refus), un referendum sera organise" pour permettre au peuple algerien de donner son avis sur ce projet de loi".

"Si le peuple marquera son adhesion a la politique de paix, je continuerai a exercer mes fonctions de president sinon, je rentre chez moi car je suis un homme de paix et non de guerre", a avance M. Bouteflika.

Interroge sur l'etat des relations entre l'Algerie et la France et plus particulierement, apres la visite effectuee recemment par le ministre de l'interieur, M. Jean Pierre Chevenement, M. Bouteflika a indique que M. Chevenement, qu'il connait depuis 1963, est un homme politique pour lequel il a beaucoup de respect et d'amitie car c'est un homme de principe qui ne s'est engage que dans les causes ou les interets de la France sont en jeu.

Cependant, a-t-il prevenu, "la France doit se debarrasser a l'egard de l'Algerie du syndrome du paradis perdu et des debats passionnels car l'Algerie n'est sous la tutelle d'aucun autre pays et nous refusons le concept de la souverainete limitee".

Deplorant les mesures excessives prises par les autorites francaises suite a l'affaire de la prise d'otages a bord de l'avion d'air-France en 1994 a alger, a travers "le boycott des aeroports algeriens et les conditions d'obtention du visa pour la France, M. Bouteflika a qualifie l'attitude de la france de "degradation" et "d'inacceptable". Pire encore, a-t-il fait remarquer, la France a engage des demarches aupres des pays lies par l'accord de Schengen pour que les aeroports et ports algeriens soient boycottes.

Outre ce boycott, M. Bouteflika a deplore aussi que d'autres pays aient ferme leurs ambassades en Algerie dont celles de la Suisse qui n'a reouvert que recemment son ambassade a Alger.

La France, a-t-il ajoute, "a sa place en Algerie pour autant quelle le souhaite mais a condition que cela se fasse dans le respect de la pleine souverainete de l'Algerie".

L'Algerie "est attentive a ceux qui lui ont manifeste leur solidarite pendant les moments difficiles, et a ceux qui se sont solidarises contre elle", a fait valoir le president de la republique.

Questionne par la presse sur les changements qui seront operes au niveau du gouvernement, M. Bouteflika a annonce que ce remaniement aura lieu apres la tenue du sommet de l'Oua organise a Alger du 12 au 14 juillet.

A ce sujet, il a indique que les partis politiques Rnd, Fln, Msp et Nahda "seront les plus dignement representes au prochain gouvernement".

M. Bouteflika a insiste sur le fait que pour la constitution du gouvernement de coalition, il tiendra de la qualite des hommes qui doivent etre des hommes d'etat".

Le president a fait valoir "qu'il ne sera pas insensible aux partis qui ne sont pas dans la coalition et qui sont en train de donner des signes positifs".

Prie de donner son avis sur l'appel lance par le venezuela recemment pour la tenue d'un sommet de l'opep, le president a indique qu'il soutient cette proposition car l'opep traverse une crise difficile et que l'Algerie oeuvrera pour que ce sommet soit une reussite a l'instar de celui organise a alger en 1975.

S'exprimant sur sa presence au forum de Crans Montana qui reunit chaque annee les personnalites du monde de la politique, de l'economie et des affaires, M. Bouteflika a indique qu'il est interessant pour l'Algerie "de donner un signe fort sur le plan international pour expliquer qu'elle veut sortir de l'economie dirigiste pour aller vers l'economie de marche et non celle de bazar dans laquelle elle s'est engagee".

"Je suis venue dire au forum de Crans Montana, qui a une notoriete presque semblable a celle du forum de davos, que l'Algerie a porte son choix pour l'economie de marche, pour la democratie, les droits de l'homme et les libertes individuelles", a dit M.Bouteflika.

Dans un monde qui tend a devenir un grand village, "l'Algerie est des pays qui veulent avoir le droit de cite, faire entendre leur voix et qui entendent exister dans l'arène internationale", selon le president.

"S'il y a des privileges que confere la force, je pourrai dire qu'en democratie, la majorite est plus que legitime lorsqu'elle est sensible a la minorite et aux preoccupations des moins grands", a-t-il insiste.

Interroge sur les relations entre l'Algerie et les pays arabes dont les investisseurs s'interessent de plus en plus au marche algerien, M. Bouteflika a explique sur l'Algerie est le coeur du Maghreb qui ne saurait renier sa famille naturelle qui est le monde arabe".

Pour le president, "trop d'interets existent pour que les pays arabes continuent a s'ignorer, et je ferai tout mon possible pour qu'il y ait une reconciliation inter-arabe".

Concernant la tenue du prochain sommet de l'Oua, M. Bouteflika a reconnu que cette organisation africaine a besoin d'une revision generale afin de s'affirmer a l'echelle mondiale.

Interroge par un journaliste qui lui a demande s'il sent qu'il est soutenu par le peuple algerien apres le retrait des six candidats aux elections presidentielles, M. Bouteflika lui a propose de se rendre en Algerie pour se renseigner sur sa popularite aupres des citoyens algeriens.

Le president de la republique s'est dit frappe par le retrait des six candidats qui ont commis un acte similaire a l'annulation des elections legislatives en 1991 apres le premier tour, alors qu'ils ont toujours condamne cet acte.

Algerie/Suisse/forum de Crans Montana le president Bouteflika parle de concorde civile

Crans Montana (Suisse)- le president Abdelaziz Bouteflika, qui repondait aux souhaits de bienvenue des responsables du gouvernement du canton du Volais (Suisse), a tenu a rassurer ses hotes sur la situation generale en Algerie.

"La politique de concorde civile que je suis en train de promouvoir et a laquelle je veux associer les uns comme les autres, sans exclusion ni marginalisation, cette politique pour laquelle je fais preuve d'une imagination probablement peu commune mais qui entraine l'adhesion des extremismes et de gauche et de droite, est en train de montrer que l'Algerie est en train de sortir de son cauchemar. Je suis venu a Crans Montana aussi pour le dire", declare le president Bouteflika, a son arrivee dans les salons d'honneur de l'aeroport de Sion (Suisse).

"Je suis venu affirmer aux participants de Crans Montana que les problemes que nous avions hier sont en voie d'extinction. Ils trouveront leur solution parce que j'y veille et j'y vais par la volonte du parlement mais aussi par la volonte d'un referendum populaire. A partir du referendum populaire, je saurais exactement ce qui me restera a faire, je n'appliquerai que ce qui sera dicte par la volonte populaire, uniquement la volonte populaire et rien que la volonte populaire", soutiendra encore le president de la republique.

 

retour

algeria-watch en francais 

 
Version imprimable
 
www.algeria-watch.org